Synergies Publiques

Actualités économiques, politiques et sociales

Protéger les intérêts des salariés, tel est le cœur de métier du comité d’entreprise. Au-delà, cette instance représentative a aussi pour rôle de garantir le bien-être des collaborateurs en leur proposant de nombreuses activités sociales et culturelles.

Principe et fonctionnement du comité d’entreprise

Conformément aux dispositions règlementaires, toutes les entreprises comptant plus de 50 salariés doivent mettre en place un Comité d’entreprise dont le rôle sera d’assurer l’expression collective des collaborateurs. Cette instance est constituée de trois principaux organes à savoir le président qui peut être le chef d’entreprise ou un représentant, la délégation du personnel composée de membres élus et les représentants du syndicat. Pour pouvoir fonctionner, le CE dispose de deux budgets, le premier étant affecté à son fonctionnement. Il doit représenter au moins 0,2% de la masse salariale annuelle et servira à financer les frais courants, l’achat de matériels, la formation des élus ou encore le paiement des honoraires des experts extérieurs. Le second budget quant à lui sert à financer les activités sociales et économiques. Son coût n’est défini par aucune loi. Mais si vous voulez mieux comprendre le fonctionnement des comités d’entreprise et de ce budget précis, n’hésitez pas à aller sur les sites spécialisés.

Agir dans l’intérêt des salariés

Pour empêcher d’éventuels abus, le CE doit systématiquement être consulté dans des décisions liées aux conditions de travail, de formation professionnelle, de vie dans l’entreprise ou encore d’emploi. À simple titre illustratif, l’entreprise ne peut lancer un licenciement économique tant que le CE n’a pas été consulté sur le plan de sauvegarde de l’emploi ou les conditions de licenciement. Idem. Aucun changement d’horaire, de salaire, ou de règlement intérieur ne peut se faire sans son avis. Une entreprise doit également faire part au CE d’un éventuel déménagement ou d’une fusion. À noter que même si le CE a du pouvoir, il ne détient pas de droit de véto sur les décisions prises par l’entreprise. Tout ce qu’il peut faire, c’est négocier et proposer des alternatives. Si jamais l’employeur ne respecte pas la règlementation, le CE est parfaitement dans le droit d’invoquer l’inspection du travail.

Le bien-être des collaborateurs avant tout

Les impacts néfastes du stress sur la productivité et la motivation ne sont plus à prouver. C’est pourquoi de plus en plus d’entreprises investissent dans le bien-être de leurs employés. Pour cela, elles misent sur leur CE. Ce dernier doit être en mesure d’aider les salariés à se sentir mieux en leur proposant à cette fin une multitude de services et de biens. L’un des plus prisés est le service de billetterie qui offre des tarifs préférentiels sur les entrées dans les spectacles, les salles de cinéma, les parcs d’attractions et autres lieux de loisirs ou culturels.

Sinon, les CE organisent également des voyages dans des destination paradisiaques permettant aux salariés de découvrir de nouvelles contrées. Mettre en place des services sociaux ainsi qu’un service de santé au travail fait entre autres partie de ses innombrables tâches. N’oublions pas les rencontres sportives qui contribuent par la même occasion à renforcer la cohésion d’équipe et à booster la motivation.