Synergies Publiques

Actualités économiques, politiques et sociales

Qu’on le veuille ou non, l’anglais est aujourd’hui la langue de référence au niveau international. Deux choix s’offrent donc aux défenseurs d’une francophonie qui perd peu à peu de son influence. Rejeter cette réalité, ou essayer de l’influencer. C’est cette dernière solution qu’a choisi le président Emmanuel Macron.

L’exemple Nord-américain

Selon le président français, le Québec est l’exemple à suivre. C’est à la fois un formidable bastion de la culture française (peut-être le plus remarquable après la France elle-même) et en même temps, un état tout-à-fait intégré à son aire linguistique nord-américaine. Cette double appartenance, qui pourrait être un handicap, se révèle en réalité un formidable atout, tant économique que culturel. Et ce, pour plusieurs raisons.

L’anglais : le langage des affaires

On peut feindre de l’ignorer pour des raisons idéologiques, mais l’anglais est bel et bien l’idiome du commerce. Pour ceux qui souhaitent travailler à l’International, c’est donc une compétence obligatoire, il est tout simplement nécessaire de se former à l’anglais. Pour une entreprise française, recruter des employés à l’aise dans la langue de Henry Ford, c’est, en effet, la certitude d’être crédible sur le marché mondial, notamment transatlantique. C’est un moyen de s’ouvrir de nouveaux horizons économiques et surtout de rester au contact de la concurrence.

Intégrer des entreprises américaines et anglo-saxonnes

Si les Américains dominent le marché, c’est parce qu’ils possèdent les meilleures techniques au niveau management et marketing (des termes anglophones). Maîtriser l’anglais des affaires est un formidable biais pour intégrer des entreprises et start-ups étrangères, et se familiariser avec ces techniques pour ensuite les appliquer, en les adaptant, au contexte national.

La France : un pays multilingue

« On veut tous que notre langue soit la langue officielle en pratique et on va se battre pour que ce soit le cas, mais ça n’empêche pas d’apprendre une autre langue. »

Avec ces propos, le président Macron défend une France plurilingue qui existe déjà au vu des différentes communautés qui la compose. L’anglais n’en est qu’une parmi tant d’autres, et participe donc, à son niveau, à la diversité culturelle et linguistique et au développement économique du pays.

Actuellement, il n’existe pas de représentants plus emblématiques de la culture française que Marion Cotillard et Jean Dujardin. Pourtant, ces derniers se sont totalement approprié les codes de la culture anglo-saxonne, sans renier leurs racines culturelles françaises. C’est cet exemple qu’il faut suivre, autant à titre individuel que collectif.